• Header1.jpg
  • Header2.jpg
  • Header3.jpg
  • Header4.jpg
  • Header5.jpg
  • Header6.jpg

LogoRoyalQcHeader2

Historique- Le «Quebec Ladies Golf Club»

Au XIXe siècle, les femmes ne sont pas nécessairement les bienvenues sur les parcours de golf. Les préjugés sont tenaces. La place de la femme est au foyer et elle devrait, croit-on, rechercher d’autres passe-temps que ceux qui demandent des efforts physiques. Qui plus est, la position et les gestes nécessaires à un élan complet ne sont pas particulièrement élégants pour une femme vêtue d’une longue jupe et portant canotier. Les vêtements féminins, à l’époque, il est vrai, ne sont pas des plus adéquats pour pratiquer ce sport. Toutefois, à la fin du XIXe siècle, des femmes décident qu’il y a place pour elles sur les parcours.

Incapables de devenir membres du Quebec Golf Club, le club étant réservé aux hommes, elles décident, au début des années 1890, de former leur propre association, le Quebec Ladies Golf Club, et de louer le parcours du club. Les hommes s’y résignent. Les conditions qu’on impose aux membres du Quebec Ladies Golf Club ne sont pas les meilleures : elles ne peuvent jouer que quelques matins seulement, jamais les fins de semaine. En outre, malgré ces restrictions, il ne saurait être question qu’elles aient priorité sur le terrain. Les femmes doivent donc céder la place aux hommes lorsqu’ils s’y trouvent. Ceux-ci montrent même une certaine complaisance à leur égard sous prétexte de rendre la pratique de ce sport plus facile et plus amusant pour elles. On leur aménage un petit parcours de neuf trous à l’intérieur du parcours régulier.

 

Les femmes se plient aux règles qu’on leur impose, mais continuent leurs efforts pour obtenir la reconnaissance. En 1893, les golfeuses de Québec invitent celles du Royal Montreal Golf Club à une compétition interclubs sur le parcours du Quebec Golf Club. L'invitation est acceptée. Cette épreuve sportive doit toutefois être reportée au 31 mai 1894 parce que plusieurs joueuses montréalaises ne peuvent se rendre à Québec. C’est donc accompagnées de leurs chaperons que les six représentantes du Royal Montreal Golf Club quittent Montréal en train pour participer à cette première compétition féminine interclubs en Amérique du Nord.
Le tournoi a lieu par une belle journée ensoleillée. Tous les membres du Quebec Ladies Golf Club viennent encourager leur équipe. Une foule nombreuse suit les compétitrices. Chaque duo est accompagné d’un membre du Quebec Golf Club qui agit à titre de marqueur officiel. La compétition, disputée suivant la formule de partie par trous, est à l’avantage des Québécoises : elles l’emportent avec une avance de 33 trous. À la fin du tournoi, on tient un banquet au Château Frontenac, suivi d’une danse à la Citadelle. Cette première expérience est une réussite complète et marque le début pour le Quebec Ladies Golf Club de plusieurs autres rencontres interclubs. Outre les matches contre le Royal Montreal Golf Club, elles affronteront au cours des ans les représentantes des clubs de golf de Grand-Mère, de Laval-sur-le-Lac et de Thetford-Mines pour n’en nommer que quelques-uns.

L’aspect social du golf plaît aux femmes. Tout comme les membres du club, elles sont d’origine anglo-saxonne. Le thé occupe donc une place dominante au sein de leurs activités sociales. Les occasions ne manquent pas pour servir thé et pâtisseries. On offre le thé tout autant pour souligner la visite du prince de Galles ou celle du gouverneur général que pour marquer la fin d’une compétition ou un anniversaire particulier. On organise des tournois de cartes et on y prend le thé. L’engouement est tel que le Quebec Ladies Golf Club juge bientôt nécessaire de constituer une section spéciale, les Tea Members.

La popularité grandissante du golf auprès des femmes préoccupe les membres du Quebec Golf Club qui les avise que le nombre de femmes pouvant bénéficier des privilèges de jeu sur le parcours du club est limité. Le maximum permis est de 125. Le Quebec Ladies Golf Club tente de faire augmenter ce nombre. On soumet l’idée d’une catégorie de membres à mi-temps ; on demande la permission de bénéficier du privilège d’avoir des invitées en payant les droits de jeu. Rien à faire. Le club s’y oppose. Nécessité oblige, on crée une liste d’attente : 75 femmes figurent sur cette liste en 1922.

L’attitude est la même pour les Tea Members. L’accès au pavillon du club leur est refusé. Elles ne peuvent y tenir une activité à moins d’une permission spéciale du Quebec Golf Club. Les femmes réussissent, après maints efforts, à faire construire un petit pavillon attenant à celui du club, mais sa dimension est insuffisante pour y tenir leurs réunions ou leurs rencontres sociales. Elles n’ont d’autre choix que de procéder à son agrandissement.

La décision du Quebec Golf Club de s’installer à Boischatel change les données. Le club adopte un nouveau règlement. On y prévoit l’acquisition des biens du Quebec Ladies Golf Club et la création d’une nouvelle catégorie de membres réservée aux femmes : celle d’Associate Members. Pour certaines, l’acceptation de cette proposition signifie la fin de leur club, constitué depuis près de 50 ans déjà, et, surtout, la perte de leur autonomie. On convoque une assemblée générale et on discute du règlement. Les femmes se disent prêtes à l’accepter à certaines conditions : elles devront bénéficier de l’utilisation exclusive de leur pavillon jusqu’au moment du déménagement et d’une indemnisation pour les dépenses qu’elles ont faites pour l’améliorer ; le Quebec Golf Club devra également leur accorder une certaine autonomie dans la gestion de leurs activités et abroger les limites quant au nombre de membres.

Les discussions se déroulent rondement entre les deux clubs. Le Quebec Golf Club accepte les conditions posées. Il convient de verser une indemnité de 1 500 $ pour le pavillon, d’octroyer à l’avenir un budget annuel à la section féminine et d’accepter toutes les golfeuses qui se trouvent sur la liste d’attente. Les femmes se réjouissent de l’entente intervenue et s’empressent, à l’unanimité, de l’entériner le 8 mars 1923. Le Quebec Ladies Golf Club ferme son compte de banque, place ses avoirs en « Obligations de la Victoire » et fusionne ses activités à celles du Quebec Golf Club. Ce regroupement marque la naissance de la section féminine du club. Mme R. Finnis en devient présidente. Les femmes sont dorénavant membres à part entière du club.

Copyright © 2010 Le Club de Golf Royal Québec
All Rights Reserved