• Header1.jpg
  • Header2.jpg
  • Header3.jpg
  • Header4.jpg
  • Header5.jpg
  • Header6.jpg

LogoRoyalQcHeader2

Tournoi Duc de Kent

Anciens gagnants

Depuis 1935, le Duc de Kent, l'un des trois (3) tournois majeurs du golf amateur au Québec est tenu au Club de Golf Royal Québec
À la fin du XVIIIe siècle, la région de Québec est encore bien peu développée. À l’exception de la ville de Québec, qui surmonte le Cap-aux-Diamants, le territoire est peu peuplé. Les terrains en haut de la falaise, tout près des chutes Montmorency, ont de quoi faire rêver. Ils permettent, tout à la fois, d’admirer la splendeur de ces chutes, de voir la magnificence du fleuve Saint-Laurent et de bénéficier du caractère champêtre de la Côte-de-Beaupré. Nul endroit n’offre plus d’attraits pour le gouverneur général Haldimand. Aussi, y fait-il construire en 1778 une résidence magnifique et somptueuse. C’est justement cette résidence qui abritera, de 1791 à 1793, les amours du duc de Kent et de Mme de Saint-Laurent. La résidence trouve alors un nom : le Kent House.

Edward Augustus, duc de Kent, est le quatrième fils du roi George III. Son père, sa vie durant, le détestera et le tiendra éloigné de lui et de l’Angleterre. Un amour profond lie le duc à Mme de Saint-Laurent, qui sera sa compagne pendant 27 ans. Le couple doit cependant, avec peine, se séparer en 1818. Devoir royal oblige. Le duc n’a d’autre choix que de se marier pour assurer la succession de la famille royale au trône d’Angleterre. De son mariage avec Victoria Mary Louisa, veuve du prince de Leiningen et sœur du roi Léopold I de Belgique, naît une fille, la princesse Victoria, la future reine. La succession est assurée. Le titre de duc de Kent s’éteint avec le décès d’Edward Augustus en 1820. Il faudra attendre 114 ans, soit en 1934, avant qu’il ne soit à nouveau accordé à un membre de la famille royale. Le quatrième fils de George V, George Edward Alexander Edmund, en hérite. Il trouvera la mort, le 25 août 1942, dans l’écrasement d’un bombardier de la Royal Air Force en Écosse.

En 1927, George Edward, alors âgé de 25 ans, visite Québec, accompagné de son frère, le prince de Galles, qui sera couronné roi quelques années plus tard sous le nom d’Édouard VIII. Il se rend, à cette occasion, au Kent House, endroit où avait vécu, près d’un siècle et demi plus tôt, son ancêtre. Lui et son frère aîné profitent de l’occasion pour jouer à la fois sur les parcours du Kent Golf Links et du Royal Quebec Golf Club.

Le prince garde un si bon souvenir de son passage à Québec qu’il fait parvenir lui-même d’Angleterre, le 8 mars 1935, un trophée réservé aux « British amateur golfers » du Canada. Le trophée, fait d’argent, a 35,56 centimètres de haut et 30,48 centimètres de diamètre. Flattés d’un tel honneur, les administrateurs du Kent Golf Links se réunissent et décident de nommer trois fiduciaires, W. J. Lynch, président du club, le brigadier-général T. L. Tremblay et Alfred Collyer, ancien président de l’Association royale de golf du Canada, qui auront la garde du trophée et l’autorité nécessaire pour édicter la réglementation applicable à sa mise en jeu. Le 18 juin, une convention entérine le don du trophée aux fiduciaires. Le tournoi qui permet de remporter le trophée a lieu pour la première fois le samedi 22 juin 1935.

Le président du Kent Golf Links, W. J. Lynch, adresse des invitations spéciales aux cinq autres clubs de la région, soit ceux du Royal Québec, Lévis, Lorette, Donnacona et de Sainte-Pétronille, Île d’Orléans, de même qu’à tous les clubs membres de l’Association de golf de la province de Québec. Pour les joueurs de la région de Montréal, on prend des arrangements spéciaux avec la Canada Steamship Lines : 15 $ aller-retour, tout compris, et 3,50 $ pour ceux qui veulent retourner par bateau à vapeur le dimanche soir, en y embarquant leur automobile. La compétition est de 36 trous, 18 sont joués le matin et 18 l’après-midi. Seuls les joueurs qui possèdent un handicap inférieur à 15 peuvent remporter le trophée.

Le 22 juin, le temps est maussade. Il tombe une pluie drue. Malgré ces conditions, 100 joueurs sont au départ, et 52 d’entre eux réussissent à terminer la deuxième ronde. Un ancien champion canadien, Gordon B. Taylor, du club de golf Kanawaki, arrivé d’Angleterre le matin même, a l’honneur de remporter le tournoi avec un résultat de 159 coups. La remise du trophée se fait au pavillon de danse du Kent House, situé près du club. Alfred Collyer présente le trophée au gagnant et lui en remet une réplique en argent ; celle-ci, d’une hauteur de 25,40 centimètres à partir de sa base, sera remise annuellement au vainqueur jusqu’à la fin des années 1940. Le président Lynch s’adresse ensuite aux participants. Il ne manque pas de signaler que 60 % d’entre eux avaient un handicap inférieur à 15.

Aussi, en novembre 1937, les fiduciaires décident-ils d’abaisser à 10 le handicap exigé pour participer au tournoi. La participation chute. Seulement 28 joueurs s’inscrivent à la compétition en 1938. On n’en compte plus que 18 en 1943, et la très grande majorité sont des membres du Royal Québec. Ainsi, en 1946, 16 des 28 participants sont du Royal Québec tandis que l’année suivante on en compte 14 sur un total de 30. Il faudra attendre les années 1950 pour que la participation augmente et, de ce fait, que celle du club baisse.

À compter de 1942, le tournoi a lieu au Royal Quebec Golf Club. La convention intervenue entre le Kent et le Royal Québec prévoyait que ce dernier club tiendrait dorénavant le tournoi sur son parcours. Les fiduciaires entérinent ce choix, compte tenu que le Kent n’est plus en opération. Le Royal Québec devient dès lors le site permanent du tournoi Duc de Kent. En 1949, les fiduciaires décident de céder à l’Association de golf de la province de Québec la gestion complète du tournoi. Une nouvelle page de l’histoire du Duc de Kent s’ouvre.

Copyright © 2010 Le Club de Golf Royal Québec
All Rights Reserved